Le rafting est un bon moyen de s’initier aux sports d’eau vive. En effet, le raft est un radeau pneumatique quasiment insubmersible. Plus stable qu’un canoë-kayak, il est très difficile à renverser, même sur les rapides d’un torrent. Il peut transporter en toute sécurité jusqu’à huit passagers. L’équipage, encadré par un barreur, doit pagayer en groupe pour négocier la bonne trajectoire. C’est un très bon exercice pour apprendre à lire une rivière, avant de naviguer à bord d’une embarcation individuelle.
Le rafting vient tout droit des États-Unis. Il a vu le jour en 1951, dans le Grand Canyon au Colorado. En France, la discipline est apparue beaucoup plus tard, au début des années 80. Elle s’est naturellement développée dans les vallées alpines, où les rivières à gros débit sont nombreuses, notamment à la fonte des neiges. Envie de pratiquer la glisse en pleine nature ? Préparez votre combinaison néoprène et votre pagaie, voici notre sélection des plus beaux spots de rafting dans les Alpes.

Le Doron de Bozel en Savoie


Ce torrent savoyard prend sa source dans le parc national de la Vanoise. Son eau limpide provient du glacier de la Masse, mais aussi de ses affluents, comme le Doron des Allues. Long de 38 km, il termine sa course dans l’Isère, près de Moutiers.
Située entre Brides-les-Bains et Moutiers, la descente en rafting du Doron de Bozel est particulièrement sportive. Elle s’effectue de mai à septembre. Il est préférable d’être en bonne condition physique avant de pagayer sur ce plan d’eau. Il faut également aimer les vagues. Très en pente, le parcours est court et intense. Les rapides du Vélodrome ou de la Piscine sont particulièrement corsés. Avis aux amateurs de sensations fortes !

La descente en rafting du Doron de Bozel en chiffres
Difficulté : IV (très difficile) à V (extrêmement difficile)
Longueur : 6 km
Navigation : technique

Pratiquer le rafting avec Adrenactive

La Guisane dans les Hautes-Alpes

Cette rivière de montagne descend du col de Lautaret, dans le massif de Combeynot. Elle prend sa source à Monêtier-les-Bains. Puis, elle coule dans la vallée qui porte son nom sur 28 km, avant de se jeter dans la Durance, près de Briançon.
La descente en rafting de la Guisane s’effectue de mai à septembre. Néanmoins, partir de juillet, le niveau d’eau descend nettement. Certains rapides, comme celui des Guibertes, sont assez techniques. Entre Monêtier-les-Bains et Chantemerle, la rivière est un bon spot pour apprendre à naviguer. La Basse Guisane, de Chantemerle à Briançon, est beaucoup plus sportive.

La descente en rafting de la Guisane en chiffres
Monêtier > Chantemerle : 8 km
Difficulté :   II (moyennement difficile) à III (difficile)
Navigation : découverte
Chantemerle > Briançon : 7,5 km
Difficulté : III (difficile) à IV (très difficile)
Navigation : sportive

La Durance dans les Hautes-Alpes


Cette rivière prend sa source sur le mont Chenaillet (2 632 m), non loin de la frontière italienne. Longue de 305 kilomètres, c’est un des principaux affluent du Rhône. Elle s’y jette après avoir alimenté en eau la région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur.
De Saint-Clément-sur-Durance à Embrun, ce torrent offre une beau parcours aventure à faire en famille, en plein coeur des Alpes, non loin du parc national des Écrins. La descente en ratfing de la Durance est moyennement difficile, mais elle réserve son lot de surprises, comme le passage de la célèbre vague du Rabioux, en milieu de parcours.

La descente en rafting de la Durance en chiffres
Difficulté : II (moyennement difficile) à III (difficile)
Longueur : 17 km
Navigation : découverte

L’Isère en Savoie


L’eau de ce torrent descend du glacier de la Grande Aiguille Rousse. Ensuite, la rivière poursuit son cours vers Grenoble avant de se jeter dans le Rhône à Pont-de-l’Isère, dans le département de la Drôme, après une course de 286 km.
De Bourg-Saint-Maurice à Centron, ce cours d’eau est un spot de rafting réputé. L’Intégrale de l’Isère est un grand classique des Alpes. Avec 22 km de rapides, c’est une des plus longues descentes de France. Elle est divisée en trois portions de niveaux différents. Le début du parcours, de Bourg-Saint-Maurice à Bellentre, est moyennement difficile. Là, les rapides de Landry sont taillés pour l’initiation. La partie centrale est plus sportive, notamment au niveau des rapides d’Aime (niveau IV). La dernière partie, située dans les gorges de Centron, est d’un niveau intermédiaire. Les paysages sont magnifiques. A faire de mai à septembre.

La descente en rafting de l'Isère en chiffres
Difficulté : II (moyennement difficile) à IV (très difficile)
Longueur : 22 km
Navigation : découverte à sportive

Le Drac dans les Hautes-Alpes

Cette rivière à gros volume a plusieurs sources. Elle descend de la vallée de Champsaur, dans le parc national des Écrins, où le Drac Noir et le Dranc Blanc se réunissent près de Pont-du-Fossé. Longue de 130 km, elle se jette dans l’Isère à Saint-Égrève.
Ce torrent offre un beau parcours de rafting de 20 km, entre Saint-Bonnet-en-Champsaur et La Trinité. De Saint-Bonnet-en-Champsaur à La Guinguette, la descente est plutôt progressive. De La Ginguette à La Trinité, à deux pas du lac du Sautet, la parcours est beaucoup plus sportif. Un beau terrain de jeu pour les fans de sports d’eaux vives !

La descente en rafting du Drac en chiffres
Difficulté : II (moyennement difficile) à IV (très difficile)
Longueur : 20 km
Navigation : découverte à sportive

Toutes nos activités en eaux vives

COMMENTAIRES

Please enter your comment!
Please enter your name here