6 juin 1944, il y a 75 ans, la plus grande opération militaire amphibie de tous les temps avait lieu sur les plages de Normandie.

Le Débarquement, 6 juin 1944

Plus de 700 navires de guerre et plus de 4 000 navires de transport s’approchent des côtes normandes le 6 juin 1944. A leurs bords, 130 000 hommes sont mobilisés et 10 000 avions protègent les navires.
Nom de code de l’opération : Overlord.
Utah Beach

L’objectif est d’installer une tête de pont sur les plages normandes, de s’emparer du port de Cherbourg et de pouvoir ainsi intensifier les débarquements d’hommes et de matériels afin de vaincre l’occupation nazie sur le front Ouest.
Alors qu’à l’Est, les Soviétiques gagnent de plus en plus de terrain, les Alliés décident à l’Ouest de mener cette plus grande opération militaire de tous les temps. Le choix du lieu n’est pas anodin : les plages se prêtent bien à un débarquement rapide et sont moins bien défendues qu’ailleurs.
Tout commence par une vaste opération de bluff : il faut faire croire à Hitler que le débarquement aura lieu… ailleurs ! Ce dernier pense que les Alliés viseront plutôt le nord de la Seine, à seulement 300 kilomètres de la région industrielle de la Ruhr. Les Alliés iront même jusqu’à monter l’opération Fortitude : chars gonflables et avions en contreplaqué disposés dans le Kent, face au Pas-de-Calais, pour tromper l’ennemi. Cela fonctionne en partie puisque les Allemands n’ont stationné sur les plages normandes que 17 divisions sur les 50 de la région.
Malgré tout, l’opération Overload est difficile ! Les conditions météo ne sont pas favorables et une accalmie accélère les manœuvres militaires. Les premiers parachutistes sont envoyés le 5 juin afin de baliser les terrains d’atterrissage des planeurs. Les mitrailleuses allemandes se déchaînent sur les malheureux largués par erreur. Pendant ce temps, les réseaux de résistance sont prévenus et s’activent.
D-Day

Le jour J, dès le matin, les avions et cuirassés alliés bombardent les fortifications du littoral. Les premières troupes débarquent une heure après sur les plages Utah et Omaha (troupes américaines), Gold (troupes britanniques), Juno (troupes canadiennes) et Sword (troupes britanniques et détachement français).
Les Allemands, depuis leurs blockhaus, tirent sur les troupes alliées. La Wehrmacht résiste et manque de peu de renverser le cours de la bataille. Les Alliés ont de la chance : l’armée allemande n’a pas massivement mobilisé son aviation ni ses chars. A la fin de la journée, 135 000 hommes ont posé le pied sur le sol français.
Les pertes sont lourdes : 3 400 chez les Américains, 3 000 chez les Britanniques, 335 chez les Canadiens et entre 4 000 et 9 000 chez les Allemands. 2 500 civils ont également trouvé la mort durant les bombardements.
Au soir du 6 juin, les Alliés ont finalement réussi à établir une tête de pont sur la côte. Ils peuvent mettre en place toute la logistique indispensable au débarquement de millions d’hommes, en vue d’une offensive de longue haleine… Objectif : libérer les villes françaises, dont Paris, puis marcher sur l’Allemagne.
Normandie

Découvrez les Plages du Débarquement autrement

Les Plages du Débarquement accueillent aujourd’hui des millions de visiteurs venus découvrir les lieux et rendre hommage aux soldats ayant combattu pour libérer la France.
Ces plages historiques sont devenues de véritables musées à ciel ouvert. Vous trouverez sur la région de nombreux lieux à visiter : reconstitutions, mémoriaux, musées, sites.
Il existe aussi des activités atypiques pour partir sur les traces des Alliés. Il est désormais possible de parcourir ces plages en authentique Jeep Willys ou en quad .
Pour voir ces plages sous un tout autre angle, plusieurs sociétés locales proposent des baptêmes de l’air permettant de survoler ces plages (et pour certaines de pousser jusqu’au Mont-Saint-Michel).
Il vous est également possible d’accéder à ces plages par la mer, par exemple en Jet Ski.
Voie de la Liberté

Ces plages ont gardé les stigmates de l’Histoire, même si la nature reprend désormais ses droits. Que vous les visitiez à pied, en véhicule, par les airs ou par les mers, l’émotion sera présente en imaginant la férocité des combats qui s’y sont déroulés.

COMMENTAIRES

Please enter your comment!
Please enter your name here